Soueix-Rogalle

Canton d'Oust



Le pont de Kercabanac
- St-Sernin
fonderie antique de Rogalle - les gisements de minerais


La commune est située en moyenne montagne, au confluent qui voit l'Arac descendant de Massat, rejoindre le Salat. En venant de Saint-Girons, c'est la première que l'on rencontre en amont du défilé de Ribaute à l'entrée de la plaine d'Oust. Deux communes bien distinctes avant les années 70 se sont réunies pour former la commune actuelle.

Soueix-Rogalle vers 1750
Cliquez sur l'image pour plus de détails

Extrait de la carte de Cassini n°40 (Ax les Thermes)

Le pont de Kercabanac
Situé sur le Salat au niveau de son confluent avec l'Arac, il permet à la route venant de Saint-Girons de rejoindre Massat par la rive gauche de la rivière.
LIZOP estime qu'il a certainement été précédé par un pont romain.
Le GROUPE D'ARCHEOLOGIE ANTIQUE considère lui qu'il s'agit plus d'un ouvrage du Haut Moyen-Age que d'un ouvrage antique.
En fait, le pont a été construit au cours du XVIIIème siècle. Il n'existe pas encore quand passe FROIDOUR, mais figure sur la carte de CASSINI.

Retour au Haut de page

La chapelle Saint-Sernin
En 1980, la municipalité de Soueix et les Monuments Historiques ont effectué des travaux dans la chapelle de Saint-Sernin (XIIème siècle) ; lors de l'opération, on a entassé des pierres dans un coin à l'intérieur de l'édifice.
Parmi celles-ci, on a découvert les restes assez bien conservés d'une auge cinéraire gallo-romaine en calcaire blanc, aujourd'hui entreposée à la mairie de Soueix (H=39cm /l=30cm/ P=30cm).
Ce type de réemploi est assez courant dans les Pyrénées garonnaises et le Luchonnais, mais c'est à l'heure actuelle le seul exemple connu dans le Haut-Salat.

Auge cinéraire Auge cinéraire de St-Sernin
(urne funéraire gallo-romaine).

Faut-il voir là le signe de l'existence d'une nécropole gallo-romaine? La découverte d'une seule auge cinéraire interdit de le conclure avec certitude. Toutefois, comme à Vic d'Oust, selon la tradition, au moins au Moyen-Age, les habitants de toutes les vallées environnantes étaient enterrés à Saint-Sernin. Cette tradition ne pourrait-elle pas remonter à l'Antiquité? Existe-t-il un lien entre la proximité du confluent de l'Arac et du Salat, et la présence de l'auge à Saint-Sernin?

Retour au Haut de page

La fonderie antique de Rogalle
Le site est situé à 830 m d'altitude au col de Bernadès. On y trouve un crassier composé de scories de fer. Il a été fouillé en 1977 par J.-E. GUILBAUT et a révélé à l'époque quelque fragments d'amphores antiques.

 

 

Le crassier de Bernadès

La présence d'une fonderie à Bernadès laisserait supposer l'existence de sites d'extraction à proximité.

Retour au Haut de page

Les gisements de minerais (non datés)
La montagne du Rus (fer):
-Au lieu-dit "Tachouères", une tranchée (40m sur 6m) démontre qu'un petit filon superficiel de minerai de fer peu abondant (goethite) a été exploité.

Tranchée de Tachouères


-Sur le sommet, on note la présence d'une trentaine de petites excavations dont 25 sont évidentes. On peut encore y distinguer des déchets assez minéralisés en fer.
La crête de la Hage (fer):
-J. FRANCOIS, au siècle dernier, évoque "sur la limite granitique entre Rogalle et le col Dret d'Alos, près de la Soumère des nids de fer oxydé riche"

 

La Hage

 

Tranchées

Plusieurs tranchées peu profondes descendent la pente presque jusqu'au col de l'Artigue.
La Grotte d'Ardet (fer):
Cette grotte est située dans le massif calcaire du Tussau, à 300 m des crassiers de Bernadès. L'entrée méridionale de la cavité se présente sous la forme d'un orifice de section carrée de 1 m de côté environ. Elle est précédée par une petite plate-forme de 4 m de diamètre. La proximité des crassiers de Bernadès, la présence d'oxydes ferriques sur les parois, ainsi que l'aménagement de l'entrée, à l'intérieur et à l'extérieur, incitent à penser que la grotte ait pu servir de gisement par le passé.

 

Entrée de la grotte

 

Grotte d'Ardet

Clamane (Cuivre)
Le site se présente sous la forme d'un éboulis de 6 m de long pour une largeur de 7 m. Il obstrue une cavité que l'on aperçoit en retrait et constitue certainement les restes de sa voûte effondrée sur 6 m. Selon le B.R.G.M., il pourrait s'agir d'une mine de cuivre.

Retour au Haut de page

Informations complémentaires
A Rogalle, prés du Plantach d'en Bas, 2 parcelles portent le nom de CARBOUEROS (Carbouéro=charbonnière). La logique voudrait que la fonderie de Rogalle ait été alimentée par des charbonnières proches du site. Aucun vestige n'a été retrouvé sur place.
LAUZERE et PEYRERE: M. Bordes-Pagès signale en 1850 la présence de grès à Escarrères au-dessus de la D 32, bien qu'aujourd'hui aucune carrière n'ait été repérée.

 

 

Retour à la liste des communes

Retour au Haut de page

Accueil

 


statistiques