Ustou

Canton d'Oust



Le pont d'Oques - Rouze d'Ustou - Les mines
Informations complémentaires

Entre Couflens, Aulus et l'Espagne, Ustou est la plus vaste commune du canton d'Oust. Elle correspond à peu près au bassin de l'Alet.

Ustou vers 1750
Cliquez sur l'image pour plus de détails

Extrait de la carte de Cassini n°40 (Ax les Thermes)

Une tradition locale signale un dolmen au sommet du Tuc de Gaspard, petit promontoire rocheux qui sépare Saint-Lizier d'Ustou de Sérac. La présence de nombreux chaos naturels sur le Tuc de Gaspard incite à la plus grande prudence en ce qui concerne l'authenticité du dolmen.

D'autre part, le magazine de l'ARIEGEOIS évoque la découverte en 1847 à Ustou d'un buste féminin antique (cf n°140, mai 2000, p. 50). Nul ne connait ni le lieu de la découverte, ni ce qu'il est advenu de ce buste.

Le Pont d'Oques
D'après DESTEL et la tradition locale, repris par LIZOP, nous avons ici affaire à un pont gallo-romain.
Si rien dans l'architecture de l'ouvrage d'art, ni sur les chemins environnants ne peut certifier cela, l'ancienneté du pont ne fait cependant aucun doute: au XVIIIème siècle, les cartes le mentionnent ;d'autre part, il est situé à proximité de deux carrefours, ce qui lui confère un rôle stratégique. L'existence du pont d'Oques au Moyen-Age est donc possible ; dans l'état actuel de nos connaissances, il paraît difficile d'en dire plus.

Pont d'Oques  
Pont dit "romain"

 

Retour au Haut de page

Rouze d'Ustou
Ce hameau est situé dans une vallée haut-perchée dépendant d'Ustou, mais dominant Couflens et la vallée du Salat.
On a découvert à l'entrée de "Couret Mauri" une pièce de monnaie romaine. Il s'agit d'un As de bronze frappé à Lyon en 71 (ap. J.-C.). Sur l'avers, la tête laurée de Vespasien à droite avec un globe à la base du cou ; au revers, la Félicité debout regardant vers la gauche, et tenant le caducée et la corne d'abondance. Diamètre de la pièce: 2,7 cm.
La prospection à "Couret Mauri", le hameau situé juste au-dessus et sur une petite crête n'a pas permis d'autres découvertes.

monnaie de Rouze  
As de Vespasien

 

Retour au Haut de page

Les mines
D'après MALUS, la vallée d'Ustou, "environnée des montaignes de...Peyre Nere, Carbouère,...Larpent, Lafonta, Martera" renferme "plusieurs mines d'or, d'argent, de plomb, d'estain commun, d'azur de roche, d'arsenic, de Marcassites d'or et d'argent, et de plusieurs autres sortes de Marcassite". Ces mines sont antérieures à 1600. "Leur bonté se recognoit en ce que nous voyons qu'elles ont été fort travaillées le temps passé".
Peyronère, l'Arpent, la Fonta, Marterat: Il s'agit du massif qui sépare la commune d'Ustou de celle de Couflens. D'après MUSSY, la tradition et le manuscrit de MALUS indiquent "des gîtes de plomb" à Peyronère.
Les mines de la Carbauère (galène argentifère, blende): LIZOP les considère comme antiques, mais aucun indice d'exploitation antérieure au XVIIIème siècle n'y a été retrouvé.
Les mines d'Hechedech: cuivre et galène: Selon LIZOP, il s'agit d'une exploitation antique. Sur le terrain, rien ne permet de conclure à l'antiquité du site. Les mines existaient déjà en 1786.

Retour au Haut de page

Informations complémentaires
LAFARGUE:
le toponyme figure sur les matrices du cadastre napoléonien; il désigne un pré et une centrale électrique en bordure de la rive droite de l'Alet ; de DIETRICH et la carte de CASSINI signalent à cet endroit l'ancienne forge à la catalane d'Ustou qui a fonctionné jusqu'à l'époque moderne ;On ne sait pas quand la forge a commencé à fonctionner.
FONT-SAINTE: le toponyme désigne une source et une petite chapelle du XVIIème siècle qui bordent la route un peu en amont du Pont de la Taule ; la légende raconte que Saint-Lizier, épuisé à son retour d'Espagne, aurait fait jaillir une source à cet endroit ; aucun vestige archéologique n'est venu confirmer l'existence d'un petit sanctuaire antérieur à l'édifice actuel.
PRAT DE GLEIZOS: le toponyme figure sur les matrices du cadastre napoléonien; il désigne une parcelle plane située immédiatement en contrebas du hameau ruiné de la Bourdasse (1200 m d'altitude), au bord du G.R. 10., entre Rouze et le col de la Serre du Cot. Sur le terrain, il ne reste rien d'une éventuelle église.
CEMENTERIS:
le toponyme figure sur les matrices du cadastre napoléonien; il s'agit d'un groupement de plusieurs petites parcelles au-dessus de Rouze, à près de 1300 m d'altitude. Si aujourd'hui rien ne trahit sur le terrain la présence d'un ancien cimetière à "Cementeris", la carte de CASSINI signale au XVIIIème siècle une "Chapel Viel" à peu près à cet endroit ; il est probable que les deux soient liés. Le qualificatif "Viel" au XVIIIème siècle supposerait un édifice ancien, médiéval peut-être.

Extrait de la carte de Cassini  
"Chapel viel" sur la carte de Cassini

 

BIELLE D'USTOU: Le toponyme désigne le village situé dans la cuvette en amont du Trein d'Ustou; le relief plat et le toponyme dérivé peut-être sur le radical "Villa" pourraient faire penser, comme à Villargein (commune d'Arrien en Bethmale) à l'existense d'un ancien domaine agricole dans cette zone du Haut-Salat; malheureusement, rien sur le terrain n'est venu conforter cette hypothèse.

Retour à la liste des communes

Retour au Haut de page

Accueil

 


statistiques